L'élevage de sélection

 

 
 

Au sens général, l'activité d'élevage consiste à nourrir, soigner, faire vivre et faire reproduire des animaux afin d'en tirer un profit. Fort heureusement, l'élevage canin peut se vanter d'avoir souvent un autre objectif : celui d'améliorer les races. C'est l'élevage de sélection.

Ce type d'élevage repose au départ sur l'existence de livres généalogiques rigoureusement tenus à jour ainsi que sur l'existence de textes précisant les caractéristiques de chaque race. Le Livre des Origines Françaises (tenu par la Société Centrale Canine) et le standard officiel (édité par les Clubs de race) apparaissent donc comme les deux outils indispensables à toute sélection. 

  • L'inscription au L.O.F. 

En permettant de connaître avec certitude les origines d'un sujet, elle offre la garantie d'un animal de pure race qui n'a souffert d'aucun croisement indésirable. Elle aide de ce fait à situer la provenance d'une caractéristique plusieurs fois retrouvée, soit pour l'éradiquer, soit pour la conserver dans le patrimoine, par l'étude des points communs entre les ascendants. 

  • Le standard

Il est le garant de l'homogénéité de la race ; il fixe les limites en décrivant un modèle parfait qu'il convient d'approcher et n'autorise quasiment aucun écart par rapport au type de base. 

Pourtant, à ce stade de connaissance, il est bien difficile pour un éleveur de porter son choix sur un chien plutôt que sur un autre, surtout s'ils sont tous les deux conformes au standard. Le résultat serait trop aléatoire. Il convient de maîtriser une autre science, la génétique.

  • Les mécanismes de transmission des caractères  

Ils doivent donc être au menu quotidien de l'éleveur de sélection, afin que le hasard ne soit pas le seul maître à bord. Grâce à l'étude du génotype (patrimoine génétique) et du phénotype (caractéristiques visibles), l'éleveur peut avoir une idée sur ce que sera la reproduction d'un chien et envisager du coup un accouplement opportun. Reste que déterminer ces éléments n'est pas chose facile surtout la face cachée. Plusieurs "essais" s'avèrent souvent nécessaire pourdécouvrir le vrai potentiel de reproduction d'un chien. C'est ici que la consanguinité entre en jeu. Elle permet d'épurer les lignées et d'obtenir des courant de sang solides et fiables. 

Inscription au LOF + connaissance du standard + notions de génétique = sélection

Tout ceci n'est malgré tout pas suffisant pour prétendre contribuer à l'amélioration de la race. Encore faut-il s'assurer que l'on sélectionne dans le bon sens ! 

On en arrive immanquablement aux expositions et autres épreuves de caractère et à leur véritable intérêt : 

  • Les expositions

En dehors de l'esprit de compétition bien compréhensible qui anime certains éleveurs, la véritable utilité des expositions réside surtout dans le jugement lui même et dans les commentaires détaillés que peut faire le juge à propos des différents chiens présentés.

Pour un éleveur débutant ou un simple particulier amateur de concours, cette présentation permet de cerner son ou ses chien(s) sur le plan morphologique, de déterminer le phénotype, afin de pouvoir, le jour ou il faudra choisir un partenaire, s'orienter vers celui qui sera le plus à même de corriger les petites imperfections tout en préservant les qualités. De nombreux naisseurs qui n'ont pas bien compris les règles de la sélection se bornent à utiliser LE CHAMPION de l'année. Rares sont les fois où les résultats atteignent leurs espérances !

Pour l'éleveur expérimenté l'intérêt est un peu différent car lui sait presque aussi bien que le juge déceler en chaque concurrent les qualités et défauts qu'il lui permettront de choisir le meilleur accouplement ; il est apte à tirer lui même les bonnes conclusions. Cependant il ne reste pas moins qu'en exposant sa production personnelle il peut se situer qualitativement par rapport au reste du cheptel français (ou international) et vérifier qu'il travaille bien en conformité avec les directives des clubs de race.

  • Les titres de travail et tests de caractère

En ce qui concerne la possession de titres de travail ou la réussite à certaines épreuves de caractère, s'il est relativement facile de juger un chien sur son apparence, il devient beaucoup moins aisé de savoir ce qu'il réellement dans la tête si ce n'est en le côtoyant quotidiennement. C'est rarement le cas des éleveurs qui pratiquent la sélection puisque ceux-ci utilisent principalement des étalons extérieurs à leur élevage et donc des chiens qu'ils ne connaissent que par leurs résultats et ce qu'en disent leurs propriétaires. Dans ce cas, la possession d'un titre de travail avec épreuve de courage (comme le Brevet de chien de défense, par exemple) est la seule garantie d'un bon caractère. Rappelons que le chien qui va combattre un "bibendum" rembourré armé d'un bâton au commandement de son maître et cesse sur ordre avec la même rigueur fait la preuve incontestable qu'il possède le caractère sûr et docile que l'on recherche chez le berger allemand. En n'employant que des reproducteurs ayant réussi ce genre d'examens, l'éleveur de prémuni contre l'apparition de certains problèmes de caractère .

L'éleveur de sélection qui œuvre pour l'amélioration de la race dispose donc de tout un arsenal d'outils pour poursuivre ses objectifs. Reste qu'il lui faut faire preuve aussi de beaucoup de lucidité, d'instinct et d'opiniâtreté pour atteindre un jour le but suprême : le chien parfait.

 

 


RETOUR